• Expérience de la classe virtuelle du CNED à l’école primaire

    Quelques règles de fonctionnement qui peuvent vous aider à gérer les élèves sur Collaborate, la classe virtuelle du CNED.

    Lors de la seconde semaine du confinement, j’ai décidé de tenter l’aventure de la classe virtuelle du CNED.  La motivation était plurielle : la curiosité, l’envie de tester, l’idée de maintenir le lien et surtout la possibilité que le confinement se poursuive au delà des vacances scolaires de Printemps.

     

    Nous nous retrouvons donc chaque jour de classe à 11 heures pour 45 minutes à 1 heure de classe à distance. Mes élèves de CM2 sont ravis.

    Expérience de la classe virtuelle du CNED à l’école primaire

    En amont

    Pour préparer cette aventure, j’ai envoyé juste avant le week-end le lien pour que chacun puisse aller voir cette fameuse classe et vérifie que son matériel fonctionnait bien. Dans l’interface des élèves, il y a un lien qui permet de tester le son et la vidéo.

    Je me souviens d’ailleurs avoir laissé ouvert ma session et salué certains élèves qui passaient par là ...

    Préparer la classe « collaborate »:

    Menu Mes paramètres :

    Quand on commence une classe virtuelle du CNED, la première chose est de paramétrer la session dans le panneau collaborate en bas à droite (Mes paramètres / Paramètres de la session). En autorisant le partage, on donne des droits.

    -       partager le son

    -       partager la vidéo (à partir de la deuxième séance)

    -       je choisis de ne pas mettre le tchat car cela perturbe la concentration des élèves (retour d’une maman).

    -       J’ai, par la suite, aussi choisi de ne pas partager le tableau blanc car un petit rigolo – impossible de savoir qui c’était – faisait systématiquement des gribouillages, en toute impunité ...

    Menu Partager du contenu :

    Ensuite, on peut choisir :

    d’afficher un tableau blanc (partager un tableau vide)

    ou d’afficher un document de travail déjà téléchargé.

    Il est possible aussi de partager son écran mais pour ça, il faut être connecté avec un deuxième écran, ce qui n’est pas mon cas.

    Ce matin - vendredi 24 avril 2020 - mon tableau blanc, en direct :

    Expérience de la classe virtuelle du CNED à l’école primaire

    Démarrer la classe

    Lors de la première classe collaborate, il faut aider les élèves à prendre en main l’interface de la salle de classe et donner quelques règles. Je vous propose les quelques règles que j’ai mises au point à la suite d’échanges avec une maman sur ce qui s’était passé lors du premier cours.

     

    Plusieurs points ont été soulevés :

     

    - Le bruit de mon clavier (je tapais vite) qui couvrait ma voix quand j’écrivais sur le tableau.

    - le bruit des micros de certains élèves qui empêchait sa fille de bien m’entendre

    - mon rythme un peu trop rapide pour la moitié de ma classe

    - Quand j’écrivais sur le tableau blanc, c’était écrit très petit.

    - le tchat qui gênait la concentration

     

    Des choses dont je ne m’apercevais pas, tout à mon travail, bien concentrée, et munie de mon casque à micro.

    Mes règles de fonctionnement :

    Voilà donc ce que j’ai finalement retenu après une semaine de classe virtuelle :

     

    La première fois, il faut montrer :

    - qu’il faut lever virtuellement la main en cliquant sur l’icône « je lève la main » et s’en servir pour signaler à la maîtresse que le travail demandé est terminé,

    - que l’élève ne peut activer son micro (en bas de l’écran) que si la maîtresse ou le maître l’interroge, et uniquement à ce moment là,

    - que chacun peut grossir son écran avec la loupe + en haut à gauche, très utile sinon c’est écrit trop petit.

     

    La première règle, essentielle, me permet de gérer le rythme de travail de la classe.  En effet, pour respecter le rythme de l’ensemble de mes élèves par rapport à ce que je leur demande, je peux, grâce au bouton lever la main, voir qui a terminé le travail demandé et combien ont terminé. Quand j’estime que j’ai assez d’élèves ou que le temps est suffisant alors j’interroge un élève qui doit alors activer le micro.

    Du coup, pour donner la parole, il n’y a rien à faire, juste à le dire aux enfants : « Yasmine, je t’écoute, ouvre ton micro » .

     

    Il est toujours possible de désactiver régulièrement tous les micros, oubliés ou prêts à servir ... (en haut, à droite, les trois petits points ...) : cela permet de couper tous les micros sans couper le partage. Chacun est libre de remettre son micro mais les élèves jouent le jeu. Cela m’a bien servi la première semaine. Je ne m’en sers plus maintenant.

     

    Avec ce système, je dois veiller à annuler les demandes de prises de parole. Mais j’ai vu que les enfants peuvent aussi le faire. Je le leur demande donc avant de lancer une nouvelle question ou juste après.

    Les contenus

    J’ouvre la classe 10 minutes avant. Je partage son et vidéo et j’affiche mon document de travail. J’écris un petit mot : « Bonjour à tous, j’espère que vous avez un crayon et un papier à portée de main ... Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Séléna J ...   Nous allons faire du calcul (x 12) puis de la grammaire ... Je reviens à 11 heures. »

     

    Je commence toujours à l’heure même si je n’ai pas tout le monde.

     

    Je fais en général du calcul rapide, du calcul réfléchi, des petits exercices qu’on pourrait faire sur ardoise avec un objectif d’apprentissage précis. Je fais également pas mal de grammaire, avec manipulation et transformation de courtes phrases à l’oral.

    Pour finir, la classe virtuelle, pour faire quoi ?

    Cela permet de garder le contact, bien sûr ...

    Dire que nous sommes toujours une classe.

    Se voir via la vidéo.  Voir la maîtresse. Lui poser des questions. Entendre ou voir ses camarades. Partager un moment.

     

    Maintenant je laisse le partage du son , de la vidéo (et du tchat ! car ils me le demandent) 10 minutes avant et 10 minutes après. J’envisage même de créer des pièces pour que les élèves puissent se retrouver en groupes plus restreints après la classe. Ce serait notre récréation ...

     

    Enfin, aspect non négligeable, cela me permet aussi d’alléger le travail de la journée que je donne par ailleurs, travail qui pouvait paraître long, tout seul, devant son cahier, ses exercices et ses livres ...

     

    Et aussi je peux, malgré la période, aborder de nouvelles notions.

     

    « GlideApps ou comment générer des applications sur mesure à partir d’un tableurUne appli pour communiquer le travail pour la classe à distance »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    4
    fabienne
    Vendredi 24 Avril à 12:00

     Merci pour cet article.
    Je viens d être retenue pour effectuer le stage vacances apprenantes en Corrèze et je prends donc en main ma classe virtuelle.
    Ton article est d une aide précieuse car contrairement au mode d emploi du cned... Avec toi il y a du
     vécu derrière...
    Ma directrice ne veut pas que nous interventions auprès de nos classes car certaines collègues ne peuvent pas le faire.
    Elle ne veut pas créer de différences entre les classes.
    Je le comprends mais C est frustrant du coup.
    Merci encore.

      • Vendredi 24 Avril à 13:14

        Dans mon école, c'est au choix de chacun. J'ai été la première et du coup, ça a donné aux autres l'envie de tester. C'est aussi une expérience riche pour nous ! Tout dépend aussi du niveau, les classes de CP se disent qu'elles peuvent faire sans ... pour l'instant..., avec l'application Klassroom qu'elles utilisaient depuis la rentrée. Les CM1 s'y sont mis et ça se passe très bien aussi. Je pense que c'est un vrai plus, ne serait-ce que parce que c'est plus que du virtuel. Ce n'est en fait pas virtuel du tout. En fait, on est tous là, ensemble, on peut se voir ou s'entendre, on s'écoute beaucoup mais on peut aussi participer. Pour les classes à double niveau, on peut travailler avec un seul niveau, 2 fois par semaine. C'est très bien.

        Par contre, c'est forcément beaucoup de concentration de la part du professeur. Après les premières classes, les autres maîtresses me disaient qu'elles étaient rincées :-). C'est beaucoup de concentration pour tout le monde, pour les élèves aussi qui restent très attentifs, et très actifs (au plan intellectuel en tout cas) pendant 45 minutes. 

        Contente que mon expérience puisse servir :-)

    3
    akabaz
    Vendredi 24 Avril à 11:49

    Bonjour,

    Merci pour ton retour d'expérience. Je vais peut-être tenter la semaine prochaine.

    J'aurai une question tu prends un petit groupe ou tu fais chaque séance avec ta classe entière ?

    Encore merci pour ton partage. yes

      • Vendredi 24 Avril à 12:56

        Bonjour,

        Je prends ma classe entière. Sur 27 élèves, j'en avais 25 ce matin. Mais j'ai déjà eu les 27. Tout se passe très bien grâce au bouton "je lève la main". Et on bosse bien. Je fais beaucoup d'oral, ils ont un papier et un brouillon, et on se remue les méninges ! J'explique, je répète, j'interroge, je reformule ... Il ne faut pas hésiter, ils aiment ce rendez-vous. Et nous travaillons très sérieusement.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :